La belle époque de l'ornement, Genève 1890-1920

Au fil de ses 408 pages et 665 illustrations, cet ouvrage entend porter à la connaissance des Genevois, mais aussi des amateurs d’architecture, des promeneurs et des curieux, un patrimoine devenu tellement familier qu’il est aujourd’hui oublié: le florilège d’ornements graphiques et colorés agrémentant les façades et les halls d’entrée de nombreux immeubles genevois édifiés entre la fin du XIXe et le début du XXe siècle.
Intégralement réexécutés avec une précision inédite grâce au dessin vectoriel, ces décors s’offrent ici dans leur fraîcheur originale, invitant le lecteur à explorer la richesse prolifique de leur vocabulaire et l’infinie variété de leurs combinaisons.
Cette analyse graphique dialogue avec une synthèse qui retrace l’évolution du contexte architectural et culturel genevois de la Belle Époque et interroge les liens entre industrie et artisanat, à travers une histoire stylistique de l’ornement.

Björn Arvidsson est diplômé en communication visuelle à la HEAD de Genève.

Fabienne Fravalo est docteur en histoire de l’art des universités de Neuchâtel et de Clermont-Ferrand.

 

Dossier de presse

Pour obtenir un dossier contenant des images de haute définition (TIFF, 300dpi), veuillez en faire la demande à l'adresse suivante :

info@o-a-g.ch

ou via ce formulaire

 

" L’ornement est comme une manière
de manifester notre plaisir de vivre,
et part d’une disposition heureuse de l’esprit
ainsi que s’il s’agissait des apprêts d’une fête. "

Eugène Grasset,
Méthode de composition ornementale, 1905

 

 

Par ces mots, Eugène Grasset révèle le caractère tout positif accordé à l’ornement au tournant du XXe siècle. Alors que les recueils de modèles et les périodiques consacrés à l’art appliqué connaissent une croissance exponentielle, les murs des habitations offrent un florilège inégalé de compositions décoratives, des pièces les plus intimes jusqu’aux façades.


Délaissant pour un temps sa célèbre rigueur calviniste, Genève n’échappe pas à cette exubérance. Aujourd’hui, le promeneur un peu curieux qui parcourt la ville, du Petit-Saconnex aux Eaux-Vives, ne peut qu’être frappé par le florilège ornemental que proposent les façades des immeubles édifiés entre 1890 et 1920.